wall_street_sign_flags

Trading d’actions – les estimations des actions américaines sont-elles trop élevées ?

Oubliez le marasme estival – les actions américaines sont toujours au plus haut, les trois principaux indices ayant atteint des records en août. Le Dow Jones industrial average, le S&P 500 et le Nasdaq ont atteint des sommets inédits deux fois en moins d’une semaine au milieu du mois.

Mais les actions US sont-elles surévaluées ? À l’approche du mois de septembre et avec la remontée du volume d’affaires, c’est la grande question à laquelle devront faire face les investisseurs.


Les revenus



Pour la première fois depuis la crise financière, les revenus américains ont été en baisse durant plus d’un an, selon les données de FactSet. On parle de 3,2% de baisse, une baisse qui a eu lieu sur cinq trimestres consécutifs. Cela ne s’était plus produit depuis le troisième trimestre 2009.

Les estimations prévoyaient toutefois une baisse plus importante, les secteurs de la technologie et de la consommation discrétionnaire ayant enregistré des remontées surprenantes. Mais il faut souligner que le principal déclin a été imputable aux sociétés du secteur de l’énergie, qui continuent à souffrir des faibles prix du pétrole. Si l’on met de côté ce secteur, les revenus paraissent immédiatement beaucoup plus positifs.

Néanmoins, cinq trimestre de baisse consécutifs coïncidant avec des prix records pour les actions ont de quoi interroger. Les investisseurs devraient considérer que les choses sont sur le point de changer.


Les résultats à venir



On pourrait en dire autant du ratio cours/bénéfices à 12 mois pour le S&P 500. Situé à environ 18 fois les revenus de l’année dernière, il est à son plus haut niveau depuis 2002.

Et c’est l’énergie qui plombe à nouveau les prix. Selon FactSet, le PER prévisionnel à 12 mois exprimé en multiples pour le secteur de l’énergie stagne autour de 65.

Bien entendu, il existe un véritable optimisme pour les revenus du secteur de l’énergie pour les trimestres à venir car la chute des prix du pétrole commence à s’atténuer. La croissance des profits pour le S&P500 en 2017 devrait aller de 2,5% pour les Services publics à 15,2% pour les Matériaux. L’Énergie devrait quant à elle connaître une hausse estimée à près de 300%.

Selon BlackRock, il y a trois raisons de penser que le marché des actions US peut continuer à monter – les revenus sont susceptibles de se rétablir avec l’arrêt du déclin d’une année sur l’autre ; la croissance des ventes reprend et les actions du secteur de l’énergie devraient obtenir de meilleurs résultats à l’avenir.

Mais si les décisionnaires de la Federal Reserve considèrent l’économie américaine comme suffisamment solide pour supporter une nouvelle hausse des taux d’intérêt, les revenus des sociétés risquent de ne pas être aussi endurants. Les chiffres des ventes au détail ont déçu et mettent en lumière le risque à être trop optimiste au sujet des revenus.

Les estimations pour les profits au troisième trimestre prévoient toujours une légère baisse ce qui signifierait, si elles sont exactes, six trimestres de déclin des revenus des entreprises consécutifs.

Il est évident que les investisseurs sont confiants envers les actions. Les raisons de cette confiance sont moins évidentes, jusqu’à ce qu’on s’interroge sur les autres possibilités qu’ils ont de placer leur argent. Des taux d’intérêt très bas dans le monde entier et des rendements d’obligations qui s’effondrent rendent les actions plus attractives, particulièrement celles des États-Unis. Néanmoins, afin de soutenir cet élan et de justifier les prix, les revenus vont devoir se rétablir.